Île Miscou Island

Île Miscou Island

Île Miscou

 

Jacques Cartier jeta l'ancre à Miscou le 3 juillet 1534 et explora la région pendant quelques jours. Il nomma cap d'Espérance la pointe nord de l'île, croyant avoir découvert le passage vers les Indes en raison de la baie qui s'avançait vers l'ouest et qu'il baptisa, le 9 juillet 1534, baie des Chaleurs.

Le nom Miscou est possiblement dérivé du micmac M'susqu, qui signifie terre basse ou humide, en référence à la pointe nord-ouest de Miscou. Certains ont avancé une étymologie Algonquine voulant que le nom signifie rouge ou sang, ce qui est faux. Le nom Miscou est mentionné pour la première fois par Samuelle de Champlain en 1623. Le nom suivit ensuite plusieurs variations comme: Muscoe (1680), Michkou (1685), Petite Île Miscou (1686), Isle de Saint Louis dans les relations Jésuite, puis à nouveau Miscou en 1744.

Important centre de commerce du poisson et de pelleterie dans les années 1600, Miscou avec son havre bien abrité a joué un rôle important au début de l'occupation du nord de l'Amérique par les Européens.

 On attribue à Raymond de la Ralde le titre de premier résident de Miscou, y ayant établi en 1632 un poste de traite où quelques-uns de ses hommes passèrent l'hiver.  En 1634, les Jésuites fondèrent une mission d'évangélisation au havre de Miscou, non loin de l'actuelle Saint Mark's United Church.  Les hivers sur l'île étant trop rigoureux, la mission fut abandonnée en 1662.


L'occupation définitive remonte aux environs de 1815, avecJohn Campbell, venu du pays de Galles. Suivirent Robert Harper, John Marks, Thomas Cowan et Andrew Wilson. Les trois premiers épousèrent les trois filles de John Campbell.

Plus tard, dans les années 1900, une vague de colonisateurs acadiens prit possession des terres cultivables.

Si l'établissement de Miscou fut le seul à être développé par les Anglais dans le nord-est du Nouveau-Brunswick, le grand nombre de colons acadiens étant venus s'y installer et leur taux de natalité élevé les ont vite rendus majoritaires.  La population de Miscou a atteint son apogée vers 1945 avec 1500 personnes.  En 2011, elle compte moins de 700 habitants.

L'île est située à l'extrémité nord-est du Nouveau-Brunswick et constitue la division naturelle entre la baie des Chaleurs et le golfe Saint-Laurent.  Sa superficie est d'environ 380 km carrés (24km de longueur sur 16 km de largeur) ou 150 milles carrés (15 milles de longueur sur 10 milles de largeur)

Le réseau hydrographique de Miscou est très complexe. Le centre et le nord de l'île sont couverts de nombreux lacs et étangs.

La rivière Landry et les ruisseaux Muddy Brook, Chenière et d'autres se jettent dans la mer. Les ruisseaux Black, Cedar, Eel et d'autres moins importants se jettent dans les lacs, ou relient les lacs entre eux.

 On retrouve les lac Fry, of the Island, Chiasson, Chenière, Big, Cowans, Teal, Princess Pine, Notman, Raftles, Goose et Of the Woods et Le maxime ward ruisseau.

On retrouve aussi différents groupes de lacs: Crane, Juniper, Dugay, Alexander, Otter, Rogers et Bridges.

Finalement, à l'est de l'île se trouve la mal baie MacGregors, la Queue de la mal baie MacGregors et la mal baie Windsors.

Miscou fut l'une des localités hôtes du IVe Congrès mondial Acadien, en 2009.

Miscou Island

The name Miscou comes from the Mi'kmaq "M'susqu", meaning low or marshy lands.

The island is located at the most northeastern tip of the province of New Brunswick and is the natural dividing point between the Chaleurs Bay and the Gulf of St. Lawrence.  It covers an area of about 380 square kilometres (24 km long and 16 km wide) or almost 150 square miles (15 miles long and 10 miles wide).

The French explorer Jacques Cartier navigated along the shores of Miscou as early as July 3, 1534.  He named the northern point of the island Cap d'Espérance (Cape of Good Hope), believing he had found the route to the East Indies through the bay that extended westward inland.  On July 9, 1534, he named this body of water Chaleurs Bay.  

In 1600's, Miscou Island, with it's well sheltered harbour, was busy trading center for fish and fur and played an important role in the early occupation by Europeans of the northern part of the continent.

The honour of being called Miscou's first resident is bestowed on Raymond de la Ralde.  In 1632, he set up a trading post along with a few of his men and spent the winter on the island. In 1634, Jesuit priests founded an evangelical mission at Miscou Harbour, close to where Saint Mark's United Church stands today. Due to the island's harsh winters, the jesuit mission was abandoned in 1662.

The first permanent settlement was established around 1815 by John Campbell, who had emigrated from Wales.  Robert Harper, John Marks, Thomas Cowan and Andrew Wilson would follow.  The fierst three married John Campbell's three daughters.

 Later, during the 1900's, a wave of Acadian settlers took possession of arable lands.

 Miscou is the only settlement established by the English in northeastern New Brunswick.  However, with the arrival of a large number of Acadian settlers with a high birth rate, the English settlers soon became the minority group on the island.  The Miscou Island population reached its highest number in 1845 with 1,500 residents.  In 2011, fewer that 700 people live here.

Partager sur Facebook/Share on Facebook

Share on Facebook

Vidéos récents/Recent Videos

2778 views - 0 comments
2683 views - 0 comments
2514 views - 0 comments
2340 views - 0 comments

Meteo


Webs Counter